Choisir un échafaudage roulant et bien l’utiliser dans le BTP

Choisir un échafaudage roulant sécurité bâtiment

L’échafaudage mobile est très utilisé dans le secteur du bâtiment, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Mais avant de l’adopter pour un usage professionnel, il faut prendre en compte divers critères. Découvrez comment choisir un échafaudage roulant. Et suivez nos conseils pour l’utiliser dans le BTP de manière sécurisée (formation, réglementation, normes…).

Qu’est-ce qu’un échafaudage roulant ?

Définition de l’échafaudage roulant

Contrairement à l’échafaudage fixe, l’échafaudage roulant possède des roues. Il se compose également d’un ou deux plateaux, de garde-corps, de contreventements, de stabilisateurs, de roues et passerelles soutenues par une charpente en acier ou aluminium.

Choisir un échafaudage roulant : les avantages et inconvénients

Facile à monter et à déplacer, l’équipement est plébiscité dans le BTP, surtout par les peintres et façadiers. Les entreprises l’utilisent aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Cependant, on privilégie son usage pour certains travaux :

  • rénovation de toitures ;
  • peinture de la façade ;
  • travaux de démolition ;
  • maintenance…

L’utilisation d’un échafaudage roulant implique également des contraintes :

  • d’abord, impossibilité de monter l’équipement sur un sol meuble ou en pente au-delà de 20 %. Entre 10 et 20 %, le stabilisateur avec pied sans roue ou ancrage s’avère nécessaire ;
  • ensuite, usage non recommandé en cas d’intempéries comme des vents violents ;
  • enfin, interdiction d’y fixer un appareil de levage.

A noter : les principaux fabricants d’échafaudage roulants sont Duarib, Tubesca Comabi et Wurth.

Les critères pour bien choisir un échafaudage roulant

Choisir un échafaudage roulant selon le matériau

Deux choix principaux s’offrent à vous au moment de choisir un échafaudage roulant :

  • en acier galvanisé, l’équipement sera rigide, très résistant aux chocs et au temps, solide (jusqu’à 450 kg par plateau) et stable. L’échafaudage roulant en acier se révèle idéal pour les chantiers mixtes, en intérieur et extérieur. Vous pouvez l’utiliser en cas de matériaux lourds et salissants (peintures, enduits…), mais pas en tant qu’électricien à cause du risque d’électrisation ;
  • en aluminium, la solution d’accès en hauteur sera légère, très maniable et robuste (jusqu’à 250 kg par plateau). L’échafaudage roulant en alu est préconisé pour les chantiers techniques en intérieur, et en cas de déplacement et manipulation fréquents de l’équipement. En revanche, mieux vaut éviter d’y avoir recours pour les travaux lourds de maçonnerie et de construction, ou en cas de risque d’électrisation.

Si vous recherchez un échafaudage roulant non conducteur, tournez-vous vers un modèle en fibre de verre. Ce matériau offre aussi robustesse (jusqu’à 250 kg par plateau) et stabilité. En contrepartie, prévoyez un budget plus important.

Les dimensions (hauteur, longueur, largeur)

Déterminez la hauteur dont vous avez besoin en fonction de la hauteur de travail. Celle-ci correspond à la hauteur de plancher à laquelle on ajoute 2 mètres (la taille moyenne d’un homme les bras levés).

  • Les échafaudages de moins de 3 mètres conviennent pour les petits travaux. Le montage s’avère rapide et l’équipement se transporte facilement.
  • Les équipements entre 3 et 5 mètres sont adaptés aux travaux de hauteur moyenne. Ils possèdent une hauteur de plateau modulable. Et on peut ajouter un rattrapage de niveau, un stabilisateur ainsi qu’un garde-corps.
  • Enfin, les échafaudages roulants de plus de 5 mètres se destinent aux travaux importants. Renforcez la sécurité de l’équipement avec des stabilisateurs, étayages, plinthes et garde-corps.

En termes de longueur, réservez l’utilisation des échafaudages roulants de moins de 2 mètres à une utilisation en intérieur. Les équipements plus longs sont pratiques pour stocker le matériel sur les plateaux et travailler en équipe.

Et côté largeur, prenez en compte les contraintes liées à vos chantiers d’intérieur : passages étroits, installation en escalier, etc.

Choisir son échafaudage roulant en fonction de la charge maximale

La charge maximale désigne la capacité de charge de l’équipement. Plus il est grand, plus sa charge maximale s’avère importante.

Pour calculer la charge maximale dont vous avez besoin, prenez en compte :

  • le poids des salariés qui vont travailler en hauteur ;
  • les outils nécessaires pour réaliser les travaux ;
  • et les matériaux.

Choisir un échafaudage roulant suivant la réglementation

Ce que dit la loi française sur les échafaudages roulants

Pour lutter contre les chutes de hauteur – elles sont à l’origine de 10 % des accidents du travail selon l’INRS -, le gouvernement français a instauré des règles à destination du personnel ;

  • d’abord, il faut stabiliser l’échafaudage au sol ;
  • ensuite, ne pas dépasser la charge maximale indiquée par le fabriquant ;
  • puis porter obligatoirement des équipements de protection individuelle (chaussures, casque, harnais…) ;
  • et ne jamais déplacer le matériel si un ouvrier se trouve dessus ;
  • enfin, mieux vaut protéger son chantier des intempéries en le reportant à une date ultérieure.

Les normes de sécurité

Les petits échafaudages (moins de 2,50 mètres de hauteur) doivent être conformes à la norme NF P93-520. Et pour les échafaudages plus grands, c’est la norme NF HD 1004 qui s’applique.

Par ailleurs, vous devez impérativement choisir un échafaudage roulant qui respecte la norme NF E85-200.

La formation obligatoire pour utiliser un échafaudage roulant

Enfin, l’article R.4323-69 du Code du travail stipule que les ouvriers doivent être formés et posséder les compétences nécessaires pour monter, démonter et travailler sur un échafaudage roulant.

La formation – ouverte aux salariés de plus de 18 ans – allie théorie et praticité pour :

  • apprendre à réceptionner, monter et démonter un échafaudage ;
  • réaliser les différentes vérifications ;
  • utiliser l’équipement en toute sécurité.

La formation, valable pendant 5 ans, coûte environ 250 € HT. Sa validation est soumis au suivi médical.