Frais de déplacement d’artisan du bâtiment : calcul et facturation

Frais de déplacement d'artisan du bâtiment comment calculer et facturer frais kilométriques

Un artisan du bâtiment qui débute (plombier, peintre, couvreur, électricien, maçon…) rencontre souvent des difficultés au début de son activité pour facturer ses frais de déplacement. Or, pour être rentable, il convient de savoir calculer ses frais d’achat de matériel (échelle, échafaudage, garde-corps…) et ses frais kilométriques. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’artisan parcourt de grandes distances pour travailler. Découvrez les méthodes pour procéder au calcul et à la facturation des frais de déplacement d’artisan.

Frais de déplacement d’artisan : est-ce obligatoire de les facturer ?

D’abord, sachez que les entreprises du BTP n’ont pas obligation de facturer des frais de déplacement d’artisan dans les cas suivants :

  • travail dans une zone géographique très restreinte ;
  • argument pour trouver des clients ;
  • envie d’alléger sa comptabilité.

En revanche, si les frais de déplacement d’artisan s’avère conséquent, mieux vaut les facturer au risque de perdre de l’argent !

D’ailleurs, les artisans du bâtiment engagent des frais de déplacement pour se rendre chez le client, faire les allées et venues entre le chantier et l’entreprise, aller chercher les fournitures, etc.

Si l’artisan ne facture pas de frais de déplacement, il devra reporter les frais sur le coût total de la facture en majorant le coût des services. Dans ce cas, il s’avère préférable d’insérer une ligne “frais de déplacement” dans le devis par souci de transparence.

Faut-il mentionner les frais de déplacement sur le devis client ?

L’artisan qui facture des frais de déplacement fera obligatoirement figurer le montant de ces frais sur le devis. Et ce, afin d’éviter toute mauvaise surprise au client.

En outre, il s’agit des mentions obligatoires sur un devis travaux. Un client a le droit de refuser de régler les frais de déplacement s’ils n’ont pas été mentionnés sur le devis initial.

Ensuite, si vous optez pour un forfait de déplacement, vous devrez le mentionner dans vos conditions générales de vente. Cela signifie donc que vous ne pourrez pas facturer aux frais réels avec un client, même si celui-ci habite très loin de votre entreprise.

D’autre part, si vous choisissez le forfait, vous devrez appliquer la TVA sauf si vous êtes en micro-entreprise (auto-entreprise). Les sociétés du bâtiment en SASU, SARL, SA ou EURL appliqueront 20 % de TVA sur les frais de déplacement.

Comment calculer les frais de déplacement d’artisan ?

Juste et rentable

D’abord, il faut que le calcul soit juste autant pour l’artisan que pour le client. Ainsi, les frais kilométriques ne doivent pas entamer la rentabilité d’un chantier.

Et le client, de son côté, ne devra pas être tenté de trouver un autre prestataire pour ses travaux. Dans ce cas, vous n’aurez pas d’autres choix que d’appliquer nos conseils pour trouver d’autres clients en tant qu’artisan du bâtiment.

Les méthodes de calcul

Le forfait de déplacement fixe

En tant qu’artisan, vous pouvez proposer à vos clients un forfait de déplacement fixe avec une tarification libre.

Vous calculez des frais de déplacement fixes (généralement entre 20 et 40 euros par client) que vous appliquez ensuite à tous vos devis. Cela vous évite donc de calculer les frais pour chaque client.

Cependant, les clients qui habitent près seront lésés par rapport à ceux qui vivent éloignés. Par conséquent, cette méthode est plutôt conseillée aux artisans qui travaillent dans une zone géographique restreinte.

Le calcul des frais kilométriques

D’autre part, vous pouvez avoir recours au calcul des frais kilométriques au réel. Cette solution se base sur le barème fiscal puisqu’elle s’avère arrêtée par les impôts. Le barème kilométrique inclut le coût du carburant, les frais d’assurance ainsi que l’usure du véhicule. A noter qu’il reste toutefois non imposable de TVA.

Et pour calculer les frais de déplacement d’artisan avec cette méthode, il faut prendre en compte la puissance fiscale du véhicule de fonction, à multiplier par le nombre de kilomètres à parcourir entre l’entreprise et le lieu du chantier. Afin de ne pas commettre d’erreur, relevez bien toutes les allées et venues effectuées.

Enfin, sachez qu’il est toujours agréable pour un client de se faire offrir un geste commercial. Cela incite à signer un devis. Ainsi, si votre potentiel client habite à moins de 15 kilomètres de votre entreprise, vous pouvez négocier.