Chute avec harnais de sécurité : que faire face au danger ?

Syndrome du harnais : les risques pour les travailleurs du BTP

Chute avec harnais de sécurité syndrome harnais antichute travail en hauteur risques BTP

Les salariés qui travaillent en hauteur portent généralement un harnais de sécurité. Ce dispositif fait partie des équipements de protection individuelle. Bien qu’il s’agisse d’un matériel réglementé, il peut être à l’origine d’un traumatisme très dangereux. Effectivement, en cas de chute, le travailleur BTP peut subir le syndrome du harnais. Découvrez en quoi cela consiste-t-il. Et suivez nos conseils pour savoir comment réagir en cas de chute avec harnais de sécurité.

Harnais de sécurité : que dit la réglementation ?

Rappelons d’abord que le harnais antichute est un dispositif EPI de catégorie 3. Tout travailleur exposé à une chute de plus de 3 mètres, tel que le cordiste doit porter cet équipement, sauf si d’autres dispositifs lui assurent un niveau de sécurité équivalent.

Ensuite, pour éviter une chute avec harnais de sécurité, le matériel doit être vérifié tous les 12 mois. Cette vérification fait l’objet d’une inscription sur le registre de sécurité. Et elle n’exclut pas un contrôle visuel avant et après chaque utilisation.

Enfin, le harnais de sécurité doit répondre aux normes EN 361, à l’image des EPI en vente sur France Echafaudage. Il s’utilise toujours avec un absorbeur d’énergie et un cordon d’assujettissement. Un enrouleur-dérouleur peut être combiné à un absorbeur d’énergie.

Les recommandations pour éviter la chute avec harnais de sécurité

Un salarié qui utilise un harnais de sécurité ne doit jamais travailler seul. Et ce “afin de pouvoir être secouru dans un temps compatible avec la préservation de sa santé” (article R4323-61 du Code du travail). En effet, en cas de chute avec harnais de sécurité, il est primordial de réagir rapidement. Cela nécessite donc la mise en place en prévention d’un système de décrochage rapide, surtout si le chantier est éloigné d’un poste de secours.

D’autre part, il est déconseillé d’utiliser un harnais pendant plus de 30 minutes, d’autant plus si le travail s’avère statique. Au-delà de cette durée, il convient d’avoir recours à une sellette. L’article R4323-64 du Code du travail stipule qu’ “Après évaluation du risque, compte tenu de la durée de certains travaux et de la nécessité de les exécuter dans des conditions adaptées du point de vue ergonomique […] un siège muni des accessoires appropriés doit être prévu”.

Et il est aussi recommandé de s’équilibrer et de se déplacer avec les jambes. En effet, les contractions musculaires jouent un rôle important dans la circulation sanguine. En ce sens, se former se révèle obligatoire : “les travailleurs (utilisant des techniques d’accès et de positionnement sur cordes) reçoivent une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées et aux procédures de sauvetage” (article R4323-89).

Chute avec harnais de sécurité : quels sont les risques ?

Perte de connaissance après une chute avec harnais de sécurité

D’abord, sachez que la suspension dans un harnais n’a rien de physiologique. Ainsi, une personne suspendue accidentellement doit être dé-suspendue rapidement. Moins de 20 minutes de suspension inerte suffisent pour perdre connaissance. Sans intervention rapide, le risque se révèle potentiellement mortel. Et ce, que le point d’ancrage soit ventral, sternal ou dorsal.

Syndrome du harnais

Le syndrome du harnais porte également le nom de traumatisme de suspension. Les médecins parlent quant à eux d’intolérance orthostatique. Dans tous les cas, il s’agit d’un effet médical qui résulte de l’impossibilité de bouger en position verticale. Effectivement, lors d’une suspension dans l’air, les sangles exercent une pression sur les cuisses en cas de chute avec harnais de sécurité. Cela engendre un étirement des vaisseaux sanguins, et donc, une accumulation excessive de quantité de sang dans les jambes. Par conséquent, le corps et le cerveau manquent d’oxygène.

Les principaux symptômes du syndrome du harnais sont :

  • étourdissements ;
  • transpiration ;
  • troubles visuels ;
  • malaises ;
  • accélérations du pouls.

Une chute avec harnais de sécurité est rare mais dangereuse car elle peut provoquer la mort de trois manières possibles : blocage des voies respiratoires, manque de sang ou thrombose.

A noter que le danger est présent seulement si l’opérateur reste immobile. Si possible, il faut alors s’obliger à bouger. Mais après un certain temps, la fatigue risque de s’installer.

Que faire en cas de chute avec harnais de sécurité ?

Si le chantier est proche d’un poste de secours

Dans le premier cas, si le chantier se situe à proximité d’un poste de secours professionnel (pompiers, par exemple), vous devez :

  • d’abord, prévenir les secours. Expliquez bien qu’il s’agit d’une chute avec harnais de sécurité. Demandez une intervention rapide (30 minutes maximum) ;
  • sécuriser la zone pour faciliter l’intervention des secours ;
  • et soulager la victime dans son harnais si elle est accessible et consciente.

Si le chantier est loin d’un poste de secours

En cas de chantier éloigné d’un poste de secours, il faut que les équipes soient :

  • autonomes ;
  • formées (maîtrise des manœuvres de dé-suspension).

Pour éviter la chute avec harnais de sécurité, prévoyez également :

  • un accès à la victime ;
  • du matériel complet pour évacuation.

Enfin, quelles que soit les conditions de sauvetage, la victime doit passer un examen médical afin de faire contrôler son état général. Le harnais ira quant à lui au rebut.